Weekly Diamond Market Report 11/02/18

| 13 February 2018

Weekly Diamond Market Report  11/02/18
"Weekly Diamond Market Report 11/02/18"

Vue d’ensemble du marché du diamant

Les négociants de taillé ont fait état d’une demande globalement bonne au cours de la semaine du 5 février. En Asie, les marchés sont fermés pour les festivités du Nouvel An chinois. L’humeur globale est positive. Les prix se sont raffermis depuis le début de l’année. Début février, l’indice global des prix du taillé avoisinait son plus haut niveau depuis mai 2017. Le principal indice PolishedPrices a clôturé la semaine quasi-inchangé, à 117,70 points à l’ouverture vendredi, contre 117,50 points à l’ouverture lundi.

Marché du diamant brut

La demande reste solide et les négociants annoncent des premiums salutaires sur les marchandises de De Beers et d’ALROSA sur le marché secondaire. Okavango Diamond Company, le canal commercial du gouvernement du Botswana, a également fait état d’une bonne demande lors de sa vente de janvier. La situation est en partie due à la hausse de la capacité de fabrication en Inde, le principal centre de taille, et au réapprovisionnement des détaillants sur les marchés de consommation.

Entreprises et évènements

De Beers envisage de demander des permis d’exploration au Congo et au Zimbabwe et rajoute un navire à sa flotte qui en compte déjà cinq, pour rechercher des gisements marins au large de la Namibie, a indiqué mining.com. De Beers, l’unité d’Anglo American, et plus gros producteur de diamants bruts en valeur, relance ses travaux d’exploration, en quête de nouveaux gisements, après s’être assuré 16 permis en Afrique du Sud, son pays d’origine. La société a affirmé qu’elle envisageait également de demander des permis similaires au Zimbabwe et en République démocratique du Congo, d’après l’article.

Le minier africain Petra Diamonds devrait parvenir à un accord avec ses prêteurs le mois prochain, avec éventuellement une renonciation ou une remise à zéro de ses clauses restrictives, a affirmé Johan Dippenaar, son principal dirigeant, cité par Reuters. Au cours de la semaine du 5 févier, la société minière, cotée à Londres, a affirmé avoir entamé des négociations avec ses prêteurs en vue de parvenir à des modalités de la dette en lien avec l’EBITDA pour décembre 2017 et juin 2018, a indiqué l’article. La confiscation d’une cargaison de ses diamants en Tanzanie et une grève dans ses mines sud-africaines ont été les principales raisons qui ont incité Petra en octobre à affirmer qu’elle ne pourrait probablement pas honorer ses obligations de prêt, selon Reuters.

Haut de page