Le GIA élargit son rapport sur l’origine aux diamants de couleur

| 14 June 2019

Le GIA élargit son rapport sur l’origine aux diamants de couleur
"Le GIA élargit son rapport sur l’origine aux diamants de couleur"

Le Gemological Institute of America (GIA) proposera des rapports sur la provenance pour des diamants de couleur. Il élargit ainsi son service actuel consistant à faire correspondre une pierre taillée à la pierre brute d’origine.

L’organisation analyse les mesures physiques et autres données scientifiques des pierres brutes naturelles et leur attribue à chacune un numéro d’identification unique. Lorsqu’une pierre taillée portant ce même numéro d’identification est présentée pour certification, le GIA lui fait passer les mêmes tests que pour le brut. Si les deux concordent, le laboratoire confirme le pays d’origine du taillé, grâce aux informations de la société minière ayant fourni le brut. Le GIA avait lancé le rapport pour les diamants blancs en mars, dans le cadre de son programme Mine to Market (M2M).

« L’accueil du Rapport sur l’origine des diamants du GIA est très positif, a déclaré Tom Moses, vice-président exécutif et directeur du laboratoire et de la recherche du GIA, vendredi 28 mai. Les miniers, fabricants et détaillants se disent très intéressés par ce programme. Nous renforçons ainsi nos capacités d’évaluation du brut afin de satisfaire une forte demande. »

Le nouveau rapport indiquera le pays d’origine des diamants naturels de couleur et proposera une analyse complète de la qualité des 4C, ainsi qu’une inscription du numéro de rapport, a indiqué le GIA. Les informations sur le pays d’origine et la formation du diamant dans chaque rapport seront accessibles sur le site du GIA.

« Partout dans la chaîne de valeur des diamants, les participants admettent combien il peut être important de renforcer la confiance des consommateurs dans une origine confirmée scientifiquement, a déclaré Anna Martin, vice-présidente sénior du GIA pour le développement et la valorisation des activités internationales. Les consommateurs veulent clairement en savoir plus sur leurs pierres : d’où elles viennent, comment elles ont été produites et en quoi leur achat contribue au bien-être et à la pérennité des communautés productrices. »

Source Rapaport

Haut de page