Des éloges pour le World Diamond Council

| 22 July 2019

Des éloges pour le World Diamond Council
"Des éloges pour le World Diamond Council"

Au risque d’ennuyer certains lecteurs, il est utile de consacrer un nouvel article à la réunion intersession (KPI) de cinq jours du Kimberley Process qui s’est conclue au cours de la semaine du 17 juin à Mumbai, en Inde. Pour tout vous dire, en tant que rédacteur-en-chef d’IDEX Online, j’ai été invité et accueilli par le Gem & Jewellery Export Promotion Council (GJEPC) indien. L’Inde préside actuellement le KP. La KPI a été organisée par le GJEPC, au nom et avec le soutien du gouvernement.

J’ai conclu mon mémo hebdomadaire de la semaine du 17 juin en notant que les membres du KP – les gouvernements et les représentants de ces gouvernements qui assistent aux réunions du KP – n’ont que peu ou pas de connaissances de ce qui se passe sur les marchés intermédiaires, sans compter le marché en aval, autrement dit les consommateurs.

Cela est devenu douloureusement évident pour moi lors de cette KPI à Mumbai. Trop peu de membres du KP, à l’exception des pays producteurs et des grands centres diamantaires, disposent de suffisamment d’informations à jour à propos de la position – sur le plan économique ou de la réputation – des diamants et bijoux en diamants sur les marchés de consommation concernés.

C’est pourquoi il faut remarquer que, lors de cette KPI, le rôle clé joué par le World Diamond Council (WDC) pour combler ce manque n’a pas seulement été remarquable, il a aussi été approprié – et louable. Bon nombre de nos clients et lecteurs n’apprécient pas suffisamment l’importance du WDC ni des efforts collectifs qu’il engage au nom et au profit de notre industrie et du marché. Parfois, il faut savoir rendre hommage !

Dans un article de blog récent, Stéphane Fischler, le président du WDC, a expliqué la contribution du WDC à la KPI. Il a fait observer que, certes, en tant que représentant de l’industrie des diamants et des bijoux au KP, le WDC disposait d’un statut d’observateur sans droit de vote. Pourtant, son équipe de 11 personnes, présente à la réunion intersession du KP et menée par Stéphane Fischler et Marie-Chantal Kaninda, directrice exécutive du WDC, a joué un rôle clé lors de diverses sessions des groupes de travail et de la séance plénière et, en particulier, et notamment Peter Karakchiev, un membre du conseil d’administration du WDC venant d’ALROSA, qui préside le groupe de travail des experts diamantaires (WGDE) et le sous-comité sur la création d’un secrétariat permanent du KP.

Personnellement, j’espère que nous verrons plus souvent M. Karakchiev à ces réunions car il s’est montré excellent animateur. Lors de la réunion de Mumbai du 19 juin, Peter Karakchiev a organisé un Forum spécial qui s’est penché sur la promotion des directives de terminologie diamantaire, adoptées comme bonnes pratiques du KP l’année dernière. Presque tous les intervenants de ce forum étaient des représentants des organes membres du WDC. Y figuraient Karla Basselier, du Antwerp World Diamond Center (AWDC), Sanjay Shah, du Gem & Jewellery Export Promotion Council (GJEPC) indien, David Bouffard de Signet Jewelers et Elodie Daguzan de Rubel & Ménasché.

Les membres du WDC ont évoqué les efforts entrepris par l’industrie pour combler les attentes des parties prenantes dans les pays producteurs et répondre à la demande croissante des acheteurs de bijoux de la génération Y et de la génération Z, à savoir des achats ayant une valeur éthique et sociale. « Nous ne pouvons pas nous permettre de laisser nos concurrents profiter des failles apparentes du Kimberley Process pour vendre leurs propres produits », a déclaré David Bouffard lors du forum sur la terminologie diamantaire.

Stéphane Fischler s’est assuré que les délégations au KP comprennent ce que leur disaient les représentants de la filière intermédiaire : « Nous continuerons à nous placer en première ligne, en rappelant nos craintes, en faisant avancer et en favorisant des solutions. Pour cela, nous avons besoin de la compréhension, de la coopération et du soutien de tous les acteurs de la chaîne de valeur. Si nous constatons que les consommateurs nous tournent le dos, notre part de marché va rétrécir, les revenus vont baisser et nous en subirons tous les conséquences. »

Source Idexonline

Haut de page