Qu’est-ce qu’un « hackathon » et pourquoi y en a-t-il un à Anvers ?

| 3 May 2018

Qu’est-ce qu’un « hackathon » et pourquoi y en a-t-il un à Anvers ?
"Qu’est-ce qu’un « hackathon » et pourquoi y en a-t-il un à Anvers ?"


Selon Karen Rentmeesters, la porte-parole du Antwerp World Diamond Centre, un « hackaton » est généralement un « rassemblement de geeks » qui passent trois jours enfermés dans une pièce à travailler sur un code informatique, carburant au fast-food et aux boissons énergétiques. Il y a eu des hackatons sponsorisés par toutes sortes d’organismes, de la NASA aux gouvernements britannique et américain. Facebook en organise régulièrement. Le bouton « J’aime », que l’on retrouve maintenant partout, aurait été inventé au cours d’une de ces rencontres.

Cela nous amène au premier hackaton diamantaire au monde, intitulé « Hack4Diamonds », et qui sera organisé par le AWDC du 4 au 6 mai à Anvers, en Belgique. Mais il sera un peu différent du hackaton traditionnel, dans la mesure où cela existe. Les plats seront de qualité et il y aura des endroits confortables pour se détendre. De plus, au lieu de mettre au point des applis, les participants mettront leurs idées en commun pour résoudre les problèmes de l’industrie diamantaire.

« Nous ne sommes pas vraiment axés sur la technologie, mais plus sur le marketing et les gens qui s’appuient sur le marketing, affirme Karen Rentmeesters. On parle aussi de « parcours d’innovation ». Vous rassemblez des gens qui font partie d’une industrie. »

Près de 100 personnes devraient être présentes, dont 30 « coaches » et des innovateurs de l’industrie, comme Everledger et Boston Consulting Group, qui travaillent sur le projet blockchain de De Beers. L’idée est également d’attirer les jeunes de l’industrie, ainsi que des personnes qui aiment assister à des hackatons. Karen Rentmeesters explique qu’il y a beaucoup de personnes dans cette catégorie.

« Il y a des gens qui viennent juste pour le plaisir, explique-t-elle. Ils s’intéressent aux nouvelles technologies et au développement de ce genre de choses. »

Parmi les questions à l’ordre du jour du hackaton figurent :

– Comment l’industrie des diamants naturels peut-elle se différencier de celle des diamants synthétiques ?

– Comment peut-on utiliser Blockchain pour créer de la valeur dans l’industrie ?

– Comment l’industrie peut-elle s’adapter à la chaîne d’approvisionnement de demain ?

On espère qu’une pollinisation croisée entre l’industrie et le secteur technologique fera naître un système bénéfique aux deux parties.

« Ce qui ressort généralement d’un hackaton, c’est un peu plus qu’une simple idée de base, explique Karen Rentmeesters. Vous avez un concept, peut-être même l’ébauche d’un business plan et vous pouvez commencer à travailler sur cette base. L’objectif est d’aboutir à quelque chose de tangible. »

Il y a aussi un côté compétition puisque le AWDC remettra des lots pour le meilleur « hack » de l’industrie. Parmi ces lots, figurent 3 000 euros (environ 3 700 dollars) en numéraire et, bien entendu, des diamants.

« L’objectif plus vaste est de lancer un mouvement, explique la porte-parole. Nous voulons démarrer un chemin d’innovation régulier dans cette industrie. »

Pour en savoir plus, cliquez ici.

Source JCK Online

Haut de page