« Nous sommes certains que la plateforme Blockchain peut transformer l’industrie » Tom Montgomery, De Beers

| 14 June 2018

« Nous sommes certains que la plateforme Blockchain peut transformer l’industrie » Tom Montgomery, De Beers
"« Nous sommes certains que la plateforme Blockchain peut transformer l’industrie » Tom Montgomery, De Beers"

Le 11 avril, les représentants de la De Beers venaient présenter leur projet pilote Blockchain, intitulé Tracr, a un parterre trié sur le volet de hauts joailliers parisiens. Suite à cette conférence, précise et simple, Tom Montgomery, vice-président senior des initiatives stratégiques pour De Beers, a accepté de répondre à nos questions et de vous éclairer sur Tracr : sa vocation, ses points forts mais aussi ses limites éventuelles. Sans préambule :

1) Tom Montgomery, pourriez-vous revenir sur la genèse du projet : qu’est-ce qui a poussé De Beers à s’intéresser à Blockchain et à imaginer une plate-forme à destination de l’industrie ?

Nous avons lancé une étape dite « d’innovation exploratoire » en avril 2017, afin d’échanger des idées sur la façon de concrétiser des opportunités grâce aux modèles numériques. Des centaines d’idées ont été lancées avant de parvenir au concept d’une plate-forme Blockchain, désormais appelée Tracr.

Nous pensons que la technologie Blockchain peut transformer l’industrie diamantaire en répondant à l’un de ses plus gros problèmes. C’est un point essentiel : elle peut renforcer la confiance dans l’écosystème des diamants, en créant un enregistrement immuable et infalsifiable du parcours d’une pierre tout au long de la chaîne de valeur, et en garantissant son origine.

La plate-forme, que nous sommes en train de tester avec un petit groupe d’acteurs importants, devrait compléter les mesures que l’industrie a déjà engagées grâce au Kimberley Process (KP) et aider à s’assurer que les diamants de la chaîne de valeur sont naturels, qu’ils proviennent d’une région exempte de conflits et que leurs caractéristiques physiques correspondent à celles de l’enregistrement numérique.

« C’est un point essentiel : elle peut renforcer la confiance dans l’écosystème des diamants, en créant un enregistrement immuable et infalsifiable du parcours d’une pierre. »

2) Si vous deviez résumer en quelques mots les atouts de la Blockchain – a fortiori, ses atouts pour le commerce des diamants – que diriez-vous ?

Tom MontgomeryLa plate-forme Blockchain que nous développons va non seulement soutenir la confiance des consommateurs dans les diamants mais elle offrira également aux prêteurs une visibilité accrue et permettra de rassurer des parties qui doutent encore parfois de nous. Elle permet également une plus grande efficacité à de nombreux niveaux de la chaîne d’approvisionnement, soutenant ainsi le maintien de la durabilité de l’industrie diamantaire, au profit de tous ses acteurs.

Les détaillants de diamants pourront ainsi fournir davantage d’informations aux clients à propos de chacun de leurs diamants et du voyage parcouru, les assurant ainsi qu’il est naturel, issu d’une région sans conflit et que ses caractéristiques physiques correspondent à son rapport numérique.

3) Pouvez-vous résumer le projet de De Beers, votre « vision », en quelques mots ? Pourquoi est-ce, selon vous, « la » solution ?

L’idée est de créer la première Blockchain complète de bout en bout, gérée de façon indépendante – par l’industrie et pour l’industrie – qui garantira l’origine indubitable et la traçabilité immuable des diamants pendant leur voyage depuis la mine, tout au long de la chaîne de valeur et jusqu’au consommateur. Nous avons engagé des talents de niveau international, avec une grande expertise dans l’industrie diamantaire et la technologie Blockchain, pour faire de Tracr la solution de traçabilité la plus solide et la plus inclusive pour l’industrie.

4) Quelles ont été, et quelles sont encore, les plus grandes difficultés de mise en place de ce projet ?

Il s’agit d’un projet révolutionnaire à de nombreux égards ; certaines des difficultés que nous avons rencontrées se sont en fait révélées être des opportunités pour développer de nouvelles solutions :

  • Intégration des données – L’une des solutions a été le développement d’un mécanisme permettant l’intégration des systèmes d’enregistrement et de migration des données existants dans l’industrie sur une plate-forme commune.
  • Identification de la pierre – Nous avons dû faire appel aux plus grands spécialistes des données et experts diamantaires afin de développer une solution d’identification physique éprouvée grâce à laquelle un diamant pourrait être contrôlé, en plus du processus de suivi.
  • Contrôles de confidentialité – Et, surtout, nous avons développé une technologie ultramoderne pour garantir la confidentialité de certaines données sensibles dans la Blockchain, tout en préservant toujours une traçabilité immuable.
  • Enseignement technique – Nous continuons également de former l’industrie aux avantages de la technologie Blockchain. L’industrie est plus que jamais disposée à adopter la nouvelle technologie.

5) Comment garantir l’impartialité de De Beers dans le projet, maintenant et lorsqu’il aura abouti ?

De Beers réalise effectivement l’investissement initial pour développer la plate-forme, mais nous savons que cette Blockchain doit être indépendante pour être adoptée par toute l’industrie – et cela a toujours été notre vision de ce projet.

Nous prévoyons que Tracr puisse être géré par un organisme indépendant, représentant les intérêts de la communauté autour de la plate-forme et nous sommes actuellement en pourparlers avec de grands acteurs de l’industrie pour configurer la meilleure gouvernance pour cet organisme.

« Mais nous savons que cette Blockchain doit être indépendante pour être adoptée par toute l’industrie – et cela a toujours été notre vision  de ce projet. »

L’une des caractéristiques uniques du projet, c’est sa technologie de confidentialité ultra-moderne qui permet aux utilisateurs de détenir leurs données et de les partager de façon sélective, tout en préservant malgré toute une traçabilité immuable. Cela signifie que ni De Beers ni d’autres participants de la plate-forme ne peuvent et ne pourront jamais accéder aux données, sauf si le propriétaire des données choisit de les partager.

6) Si j’ai bien compris, la qualité et la véracité de la première information – the first data – est primordiale. Comment s’assurer de celle-ci à 100% ?

Tous les organismes seront soumis à des vérifications KYC strictes avant de rejoindre Tracr. En outre, des contrôles et vérifications automatiques des données, à chaque étape du voyage du diamant, permettent à Tracr de détecter les anomalies et de garantir qu’une fois transférées dans la Blockchain, les données ne peuvent pas être manipulées.

7) Votre projet s’arrête aux détaillants. Avez-vous des pistes quant à un élément clé qui sera de communiquer et de faire comprendre l’intérêt de ce système au consommateur final ?

Tracr a pour objectif d’être une Blockchain de traçabilité complète, qui suit un diamant tout au long de la chaîne de valeur, garantit son origine et, au final, en fait profiter le consommateur. Il permettra aux détaillants de donner davantage d’informations à leurs clients à propos des diamants et de leur parcours, pour qu’ils aient une plus grande confiance dans ce qu’ils achètent. Pour l’heure, nous travaillons à intégrer les participants de l’industrie, pour qu’ils adoptent le système en masse.

TRACR

8) Vous avez déjà présenté votre projet à différents acteurs du marché. Quel bilan tirez-vous de leurs réactions ?

En effet, nous avons engagé des discussions approfondies à propos de Tracr avec de nombreux grands acteurs de l’industrie, notamment d’autres producteurs, des fabricants, des détaillants, des associations de l’industrie, des organismes de certification, des banques et des fournisseurs logistiques.

La réponse a été très majoritairement positive. Les acteurs de l’industrie sont très demandeurs d’une solution de traçabilité numérique intégrante. Aujourd’hui, nous prenons en compte ces avis pour s’assurer que la plate-forme réponde à certains besoins spécifiques de l’industrie, à chaque étape de la chaîne de valeur.

9) Où en êtes-vous en termes de calendrier ? Quand imaginez-vous que ce projet pourrait aboutir ?

Le projet pilote, que nous avons débuté cette année en janvier, avance bien et nous nous apprêtons à ouvrir la plate-forme à l’industrie un peu plus tard dans l’année. Depuis un certain temps, nous travaillons en étroite collaboration avec les participants du projet pilote et espérons pouvoir bientôt agrandir ce groupe afin de développer une solution vraiment complète et opérationnelle pour toute l’industrie.

10) Enfin, vous avancez comme argument une baisse des coûts globale en matière de certification, de conformité aux normes KYC, etc. Avez-vous une idée du prix de revient de ce projet, de son coût à la fois en termes de fonctionnement et de gestion pour l’organisation à but non lucratif susmentionnée, mais aussi pour chaque acteur de la chaîne ?

Les participants à la plate-forme profiteront d’un meilleur rapport coût-efficacité, par exemple pour la conformité KYC, entre autres parce qu’ils dépendront moins des e-mails et des documents papier. Tracr peut aussi faciliter l’accès au financement et éventuellement à de meilleurs taux d’intérêt grâce à une étude de risque réduite de la part des prêteurs.

Au final, la plate-forme sera gérée par un organisme indépendant qui représentera les intérêts de la communauté Tracr. Nous sommes actuellement en pourparlers avec de grands acteurs de l’industrie pour mettre au point le financement de cet organisme.

En termes de coûts pour chaque participant, il n’y a pas vraiment de frais pour participer à la plate-forme. Ceci dit, chacun sera responsable de son intégration dans le système. De par leur conception, toutes les Blockchain, y compris Ethereum que nous a utilisons actuellement, exigent des frais de transaction minimum pour que le réseau fonctionne.

Le coût de fabrication de la Blockchain n’est pas négligeable, c’est l’une des raisons pour lesquelles sa maintenance régulière doit être financée par une organisation indépendante.

11) Quelque chose que vous voudriez ajouter ?

Une plate-forme Blockchain complète et globale pour l’industrie diamantaire est un engagement audacieux et nous savons que toute l’industrie doit l’adopter pour que ce soit un succès. L’industrie a fait preuve d’une réponse enthousiaste jusqu’à maintenant. Nous sommes impatients d’accueillir de nouveaux participants au projet pilote Tracr pour garantir une solution qui fonctionne pour toutes les parties prenantes, dans toute la chaîne de valeur.

Nous n’aurions pas investi dans la plate-forme si nous n’étions pas certains de sa formidable capacité à transformer l’industrie. Toutefois, sa valeur pour chacun de ses membres n’apparaîtra vraiment que lorsqu’elle sera adoptée par tous.

Il existe des plates-formes concurrentes mais nous pensons que la nôtre est supérieure pour deux raisons :

  • Nous avons une technologie supérieure qui comprend des contrôles de confidentialité ultramodernes.
  • Notre approche est ajustée à l’industrie diamantaire.

Source Rubel & Ménasché

Haut de page