Les 4C suffisent-ils toujours pour établir un grade ?

| 23 May 2019

Les 4C suffisent-ils toujours pour établir un grade ?
"Les 4C suffisent-ils toujours pour établir un grade ?"

Renée Newman, auteur d’un guide pour le marché diamantaire, propose un cinquième C et deux T.

Les « 5C et 2T », ce n’est pas aussi vendeur que la formule habituelle mais il pourrait s’agir d’une meilleure méthode de tarification, d’après l’auteur d’un guide à destination du marché diamantaire qui prétend que les 4C ne conviennent plus.

« L’une des plus grosses erreurs est de croire qu’il n’existe que quatre facteurs qui influent sur les prix des diamants – la couleur, la pureté, la taille et le carottage  », a indiqué Renée Newman, gemmologue diplômée, dans un entretien avec Rapaport News. Elle a publié l’année dernière la troisième édition de son Manuel des diamants. « En réalité, il existe d’autres facteurs, comme la transparence et les traitements. Ceux-ci peuvent avoir de grandes conséquences sur les prix. Il est possible que le marché le sache mais ce n’est pas le cas des consommateurs car tout ce dont ils entendent parler, ce sont les 4C. »

Une question de transparence

Le Gemological Institute of America (GIA) a développé les 4C dans les années 50, à une époque où l’industrie considérait les diamants voilés comme des pierres de qualité industrielle, inutilisables dans des bijoux, explique le Manuel. Aujourd’hui, les joailliers utilisent bien des diamants « voilés et troubles » mais, bien souvent, leurs grades de pureté ne traduisent par leur faible transparence, même si cette caractéristique peut avoir des effets sur la valeur.

Renée Newman fait la distinction entre la pureté – l’absence d’inclusions et autres imperfections d’une pierre – et le premier « T », la transparence, à savoir la capacité de la pierre à laisser la lumière la traverser. Bien qu’un diamant ayant une pureté élevée n’ait que peu ou pas d’inclusions, une pierre est transparente si une personne peut voir des objets distinctement à travers elle. De nombreux laboratoires ne tiennent pas compte des différences subtiles de transparence, écrit Renée Newman. « J’ai déjà vu des diamants « troubles et légèrement voilés »avec des grades de pureté VS », explique-t-elle dans le livre.

Comment traiter les traitements ?

Les diamants traités étaient rares sur le marché lorsque les 4C ont été créés, explique Renée Newman. De nos jours encore, la majeure partie des diamants ne sont pas traités mais cette pratique minoritaire prend de l’importance car les vendeurs cherchent à améliorer la couleur, la pureté et la transparence des pierres.

Ce second « T » est important car il a un effet important sur le prix. Un diamant Fancy Green, de pureté VS, de 1 carat non traité atteindra souvent plus de 200 000 dollars, contre environ 5 000 dollars pour un diamant irradié, ayant des caractéristiques par ailleurs identiques, estime Renée Newman. Les diamants traités sont aussi bien plus difficiles à revendre.

Un cinquième « C »… et un sixième ?

La partie « taille » des 4C (« Cut », en anglais) devrait être divisée en deux catégories, avance-t-elle. Dans les années 50, le marché ne faisait pas la différence entre la forme et la qualité de la taille pour décider du prix. Il n’y avait donc pas de conséquence grave à utiliser le même terme pour désigner ces deux aspects. Aujourd’hui, le style et la forme de la taille constituent des facteurs de prix distincts de la qualité de la taille. De nombreux laboratoires proposent d’ailleurs un grade pour cette dernière, fait-elle observer.

Parallèlement, l’intérêt accru pour les synthétiques a incité Renée Newman à envisager un huitième critère, à l’occasion d’une édition remaniée de l’un de ses autres ouvrages destiné aux consommateurs.

« J’avais laissé de côté un « C » que j’ajouterai lorsque je referai mon Guide d’achat des bagues en diamants. Il s’agit du « Créateur ». Le créateur, est-ce l’homme ou la nature ? »

Des difficultés à introduire le changement

Renée Newman ne veut pas inciter les négociants à se débarrasser de leurs graphiques des 4C car le système est bien ancré, fait-elle remarquer. Mais ils doivent connaître les autres facteurs qui jouent sur la valeur des diamants. C’est la raison pour laquelle elle insiste sur les 5C et les 2T dans son Manuel.

« Ils ne peuvent pas chambouler toutes leurs publicités et tous les documents qu’ils possèdent, je ne m’attends donc pas à ce que les gens modifient les 4C. Mais j’espère qu’ils comprendront tous les facteurs de prix », conclut-elle.

Source Rapaport

Haut de page