De Beers baisse ses prix alors que les ventes de brut chutent

| 4 July 2019

De Beers baisse ses prix alors que les ventes de brut chutent
"De Beers baisse ses prix alors que les ventes de brut chutent"

Les ventes de brut de De Beers ont plongé à un plus bas depuis 20 mois, à 390 millions de dollars en juin, sur fond d’humeur maussade dans le secteur de la fabrication. Les sightholders ont remarqué que les baisses de prix mises en place par De Beers sur certaines catégories n’ont pas suffi à stimuler la demande.

« La réaction aux ajustements de prix a été peu enthousiaste, a observé un fabricant anversois qui a assisté à la vente de la semaine du 17 juin à Gaborone. C’est trop peu et trop tard car les prix du taillé ont baissé et nous n’observons pas la même tendance sur le marché du brut. »

D’après les participants au sight, De Beers a baissé ses prix d’environ 4 % à 8 % sur les pierres de faible grosseur et de qualité médiocre. Les sightholders qui se sont entretenus avec Rapaport News s’attendaient à ce que la société doive réaliser de nouvelles baisses, plus tard cette année, mais ils ont également admis qu’il était peu probable qu’elle le fasse au sight prochain.

« Nous ne prévoyons aucune correction en juillet car nous allons entamer une spirale descendante, a indiqué un sightholder installé en Inde. Mais les gens vont refuser des marchandises. L’humeur n’est pas bonne, même après les baisses de ce mois-ci, car les fabricants sont sous pression. »

Des stocks élevés

Bruce Cleaver, PDG de De Beers, a noté que les acheteurs de brut s’étaient montrés prudents en juin, en raison de stocks de taillé supérieurs à la normale dans la filière intermédiaire. Le sight a été le plus faible enregistré par De Beers depuis octobre 2017. Les ventes ont perdu 33 % par rapport à juin 2018.

Les fabricants ont réduit la production d’environ 20 % à 30 % cette année pour abaisser ces niveaux de stocks gonflés, d’après ce qu’estiment les sightholders. Ils ont également décalé leur production, optant pour des marchandises de valeur inférieure afin de continuer à faire travailler les ouvriers avec un investissement minimal, a ajouté un sightholder indien.

Par conséquent, les ventes de De Beers ont perdu 18 %, à 2,38 milliards de dollars au premier semestre 2019, tandis que les ventes de brut d’ALROSA ont plongé de 35 %, à 1,46 milliard de dollars au cours des cinq premiers mois de l’année, d’après les calculs de Rapaport.

Des pressions dans la filière intermédiaire

Parallèlement, Bruce Cleaver a également noté que l’environnement difficile en Chine influait sur l’humeur dans le marché diamantaire, tandis que l’environnement de retail américain restait stable. Les échanges de taillé au salon des diamants et des bijoux de Hong Kong, qui s’est terminé dimanche 17 juin, étaient calmes, d’après les négociants. La participation était en baisse, sur fond de manifestations massives dans la ville au mois de juin, mais aussi parce que les acheteurs chinois ne cherchent pas à faire des achats importants.

« Les gens hésitent à acheter sur un marché baissier car ils ne voient pas le fond, a expliqué un négociant de taillé hongkongais. L’humeur n’est pas bonne. »

Les commandes américaines sont plus homogènes, a observé un sightholder de Mumbai. Les détaillants américains ne passent pas de grosses commandes mais il s’attend à ce que celles-ci commencent dans un mois ou deux. Les échanges de diamants sont généralement calmes en juillet, le mois où la plupart des grossistes américains ferment pour les vacances d’été.

« Le marché devrait se stabiliser fin juillet, a-t-il déclaré. Mais le problème ne vient pas du retail. Ce sont les échanges B2B (entre entreprises) qui sont faibles et le secteur de la fabrication qui est sous pression. Les gens ne veulent pas faire d’affaires sur le marché du brut. »

Source Rapaport

Haut de page