Les ventes de De Beers au plus bas depuis 2015

| 5 September 2019

Les ventes de De Beers au plus bas depuis 2015
"Les ventes de De Beers au plus bas depuis 2015"

Les ventes de brut de De Beers ont dégringolé de 53 % en juillet, les clients ayant profité de la proposition du minier de reporter des achats jusqu’à ce que le marché s’améliore. 
La mauvaise demande de taillé et une offre excessive dans les secteurs de la fabrication et du négoce ont pesé sur la volonté des sightholders d’acheter du brut, ont expliqué des sources. Ainsi, les revenus sont tombés à 250 millions de dollars pour le sixième cycle de ventes De Beers, d’après une annonce de la société mardi 30 juillet, le chiffre le plus bas depuis fin 2015.

« La demande est peut-être présente aux États-Unis mais, du fait de sa faiblesse à Hong Kong et en Chine, nous n’arrivons pas à faire correspondre les ventes et nos stocks, a indiqué un sightholder à Rapaport News mardi 30 juillet. Gagner de l’argent est difficile. Au vu des stocks importants, il devient compliqué d’acheter du brut et de fabriquer comme à l’ordinaire. »

De Beers a maintenu des prix stables lors du sight de la semaine du 22 juillet au Botswana, après les avoir baissé en juin, ont indiqué des acheteurs. Au lieu de proposer de nouvelles remises, le minier a autorisé les clients à retarder leurs achats, au-delà de l’autorisation standard d’un report d’une boîte de marchandises par catégorie (sélection de marchandises) et par semestre. L’assouplissement des obligations d’achat devrait aider à apaiser la crise qui touche le marché, laquelle se dissipera lorsque les diamants progresseront dans la filière, a prévu De Beers.

« Au vu des incertitudes macro-économiques actuelles, des détaillants qui gèrent leurs stocks et des stocks de taillé qui restent supérieurs à la normale dans la filière intermédiaire, De Beers Group a offert à ses clients la flexibilité supplémentaire de reporter une partie de leurs attributions de brut pour plus tard dans l’année, a déclaré Bruce Cleaver, PDG de De Beers. Nous avons donc constaté une baisse des ventes lors du sixième cycle de 2019. »

Les ventes n’avaient pas été aussi basses depuis décembre 2015, époque où les recettes avaient totalisé 248 millions de dollars. D’après les estimations de Rapaport, la vente de novembre 2015 avait été encore plus réduite, à environ 180 millions de dollars.

Les sightholders et les courtiers ont peu d’espoir que la situation s’améliore bientôt car les sociétés doivent vendre leurs excès de marchandises afin de rééquilibrer les stocks.

« La crise actuelle de la filière intermédiaire s’est déplacée vers l’amont, a écrit Dudu Harari, du cabinet de courtage Bluedax, dans un article sur le sight. Cela signifie que les producteurs ne peuvent pas vendre les quantités qu’ils vendaient précédemment. S’ils veulent augmenter leurs ventes, une plus forte correction des prix à la baisse sera nécessaire pour permettre au marché de réduire ses stocks de taillé. »

D’après les calculs de Rapaport, les revenus de De Beers sur le brut ont perdu 23 % en glissement annuel au cours des six premiers cycles de 2019. Le sight suivant démarrait le 19 août.

Source Rapaport

Haut de page