Les États-Unis interdisent les importations de diamants du Zimbabwe

| 10 October 2019

Les États-Unis interdisent les importations de diamants du Zimbabwe
"Les États-Unis interdisent les importations de diamants du Zimbabwe"

Le Service des douanes et de la protection des frontières (CBS) des États-Unis a bloqué les importations de diamants bruts extraits des champs de Marange, au Zimbabwe, affirmant qu’ils ont été produits en ayant recours au travail forcé. 
« Le CBS est fermement engagé à identifier les produits créés en ayant recours au travail forcé et à les empêcher d’entrer dans le système commercial américain, a indiqué Brenda Smith, commissaire assistante exécutive du bureau du commerce du CBS, mardi 1er octobre. Notre agence travaille sans relâche, en coulisses, pour enquêter et rassembler des informations sur le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement internationales. »

Le CBS a motivé son interdiction du 30 septembre en évoquant des preuves qu’il a étudiées et sur lesquelles il a enquêté après avoir recueilli des informations de diverses sources, y compris des articles de presse, des dénonciations du public et de la communauté commerciale ou via ses propres méthodes d’investigation.

« Le CBS travaille intensément avec ses parties prenantes, les médias et les entreprises du secteur privé pour rassembler des informations sur le travail forcé dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et former les importateurs aux normes de conformité américaines », a expliqué Todd Owen, commissaire assistant exécutif au bureau du CBS pour les opérations sur le terrain. En vertu du droit américain, a indiqué le CBS, il est illégal d’importer dans le pays des marchandises qui sont fabriquées, en tout ou partie, par des travailleurs forcés.

Le Zimbabwe est source de discorde pour les États-Unis depuis 2008, après que des forces de sécurité d’État ont tué près de 200 personnes, dans une tentative pour sévir face à l’extraction informelle, ce qui a entraîné sa sortie du Kimberley Process (KP). Bien que le KP ait réintégré le Zimbabwe en 2011, les sanctions américaines imposées aux diamants du pays restent en vigueur.

Et même si les sanctions existantes interdisent déjà l’importation de diamants du Zimbabwe vers les États-Unis, les experts de l’industrie considèrent que cette dernière initiative est une tentative pour renforcer l’interdiction.

« Je pense qu’ils veulent juste renforcer les pressions car des ONG font état de cas de travail forcé à Marange, a déclaré Peter Meeus, conseiller au gouvernement sur le commerce des diamants pour la République centrafricaine (CAR) et conseiller à la World Federation of Diamond Bourses (WFDB). En tant que tels, les diamants de Marange tombent sous le coup de l’interdiction du [Bureau de contrôle des actifs étrangers aux États-Unis]. Il y a donc maintenant une seconde raison pour ne pas les laisser entrer. »

Le Zimbabwe a réfuté les déclarations du gouvernement américain, dans une réponse à l’organe de presse Bloomberg, les qualifiant de « mal informées » et « mal renseignées » et exprimant « une forte répulsion envers toute forme d’esclavage ou de servitude. »

Le CBS a également émis quatre autres interdictions, y compris contre l’or des petites mines artisanales dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Source Rapaport

Haut de page