Avec l’École Van Cleef & Arpels, joaillerie et diamants se révèlent

| 13 February 2018

Avec l’École Van Cleef & Arpels, joaillerie et diamants se révèlent
"Avec l’École Van Cleef & Arpels, joaillerie et diamants se révèlent"

Deux ans déjà que l’École Van Cleef & Arpels a ouvert ses portes. Première école d’initiation aux métiers de la joaillerie et horlogerie, cette dernière, portée par le nom d’une grande Maison, mérite qu’on s’y arrête. Marie Vallanet-Delhom, Présidente, en a ouvert les portes à Rubel & Ménasché. Visite guidée, à la découverte des joyaux que cache cet écrin… hors du commun.

On pénètre ici sur la pointe des pieds, quelque peu impressionnée par le CV du lieu. L’École Van Cleef & Arpels est sise dans l’Hôtel de Ségur, du nom de son ancien propriétaire, le marquis de Ségur, surnommé Prince des vignes (l’amour des vignobles bordelais réputés…) par Louis XV. Aujourd’hui, cet hôtel particulier du XVIIIème siècle, baptisé par la Maison, Hôtel Van Cleef & Arpels des Métiers, est un lieu dédié à l’expertise, au savoir-faire et à la transmission.

Marie-Vallanet-Delhom-Van-Cleef-LEcole-smallÀ peine son nom inscrit sur le registre, on est happé par l’énergie et l’enthousiasme de Marie Vallanet-Delhom, Présidente de l’École. C’est elle qui se charge des présentations. « Je travaille sur ce projet depuis trois ans maintenant. C’est à l’occasion d’une discussion informelle avec la Présidence de Van Cleef & Arpels que l’envie a germé. Nous souhaitions partager ce métier fabuleux qui est le nôtre. L’idée d’ouvrir une école est arrivée comme une intuition. Trois semaines plus tard, le groupe Richemont nous accordait les coudées franches pour lancer celle-ci. »

Sur quelles bases bâtir une école d’initiation aux métiers de la joaillerie et de l’horlogerie ? Comment élaborer un cursus cohérent, accessible à tous ? « Quand j’ai voulu me renseigner sur ce qui se faisait ailleurs dans le monde, je me suis aperçue qu’il n’y avait aucune autre école sur ce thème ! », poursuit Marie Vallanet-Delhom. « Peut-être parce que ce métier a toujours le culte du silence ? Que chacun veut préserver ses secrets de fabrication même si, finalement, c’est le talent du joaillier qui fait la différence ? Admettons que je vous explique comment réaliser notre fameux Serti Mystérieux™. Cela ne signifie pas que vous y arriverez ! »

salon-accueil

Le parti est pris de se consacrer à « ouvrir les connaissances dans le domaine de la joaillerie », comme en témoigne le logo de l’école où la fée de la connaissance s’envole. « Notre but a été de créer une « bulle » d’apprentissage pour les 12 élèves reçus à chaque session de cours, de tout faire pour qu’ils se sentent bien. » Et c’est vrai que l’école est d’abord un écrin où tout est tourné vers le plaisir de s’initier et de découvrir les métiers de la joaillerie et de l’horlogerie. Seize cours sont proposés, en français et en anglais, car la vocation d’apprentissage et de partage des connaissances portée par la maison est internationale. Des traducteurs collaborent avec l’équipe pédagogique et les élèves sont pour moitié étrangers. « Il est important de créer une rencontre, une communauté. Je prends le temps de présenter les professeurs aux élèves avant chaque session», continue la Présidente, enseignante elle-même il y a quelques années de cela.

Le programme se dessine naturellement et petit à petit. Marie Vallanet-Delhom s’appuie également sur ses 25 ans de métier dans la joaillerie, sur ce qu’elle « souhaite  expliquer, transmettre »… Parfois, les élèves sont à l’origine d’un cours, comme celui sur « Les bijoux talismans », qui fait voyager à travers le monde et la symbolique des pierres et des bijoux. Les 23 professeurs, dont certains sont des artisans de la maison, sont recrutés selon trois critères : experts de leur sujet, passionnés et, enfin, doués pour la pédagogie. 3 thématiques principales sont déterminées : l’histoire de l’Art, le monde des pierres et le savoir-faire.

travail-métal-VCAL’école investit dans du matériel de qualité, des pierres et des outils adéquats. En gemmologie par exemple, sous l’égide du géologue-gemmologue Dominique Dufermont, l’objectif est d’apprendre à lire les pierres et les reconnaître. « Notre but, avec ces deux cours, est de reprendre le b.a.-ba du minéral et faire comprendre à nos élèves le côté miraculeux de la formation d’une pierre. On leur met des pierres brutes entre les mains. Pour chaque cours d’ailleurs, l’approche est expérimentale ; nous avons travaillé sur les chemins intellectuels et les moyens techniques de rendre la connaissance accessible. » Ainsi, les élèves manipulent 4 pierres de même couleur et même taille, une précieuse, deux fines, une fausse. Pas à pas, ils arrivent à repérer « la » pierre précieuse parmi les leurres…

Les cours d’horlogerie quant à eux plongent les élèves au cœur du mouvement mécanique. La pièce est à l’unisson du sujet, d’ambiance masculine. Chaque espace est, effectivement, pensé pour être en harmonie avec le sujet des cours qu’il abrite et pour contribuer à ouvrir encore plus le regard des élèves. Dans l’escalier, des plâtres de mémoire, sortes d’archives physiques des bijoux, racontent une facette du métier. Plus loin, dans l’atelier de joaillerie, des outils anciens. On découvre que chaque artisan a ses propres outils, que « leurs » chevilles sont polies par le geste. « C’est amusant de voir les élèves pratiquer et se frotter à la dureté du métal. Ou apprendre à gouacher une opale, à réaliser une maquette en étain et strass, une spécificité Van Cleef & Arpels. Les cours sont extrêmement gratifiants pour eux, mais aussi pour nos artisans : leurs savoir-faire rayonnent. En joaillerie, il faut toujours songer que chaque artisan joue un rôle primordial : le polisseur ou le sertisseur comptent autant que le designer. Ici, les élèves apprécient le geste et l’œuvre collective. »maquette-etain-2VCA
Mais pas question non plus d’oublier l’émotion ! Les pierres « inspirent » des émotions différentes à chacun et la Présidente de l’école de rappeler que « la valeur n’est qu’une conséquence de la beauté. »

La visite se conclut à la bibliothèque, en accès libre, qui accueille les élèves après les cours ou quand l’envie leur prend de revenir compléter leur savoir. Elle est conçue pour rassembler tous les ouvrages nécessaires à la culture générale des amateurs de joaillerie. Des ouvrages sur les grands noms de la bijouterie-joaillerie voisinent avec d’autres sur l’histoire du temps ; Jean-Baptiste Tavernier, qui serait le premier grand négociant en diamants (17ème siècle), côtoie le Henri Vever, bible de la bijouterie française.

Après deux heures de voyage – et, déjà, d’initiation – dans le monde de la joaillerie et de l’horlogerie, on n’a qu’une seule envie : retourner sur les bancs de l’école ! « Mais, oui, ça vaut la peine d’investir dans l’éducation », conclut Marie Vallanet-Delhom. « Je voudrais poursuivre encore plus loin et proposer une action caritative : aller à la rencontre d’adolescents français pour leur faire découvrir nos métiers, qui sont épanouissants, rémunérateurs et où l’on trouve du travail. J’espère que l’École Van Cleef & Arpels suscitera des vocations… »

Le diamant, star des pierres

En 2014, l’École Van Cleef & Arpels a inauguré deux nouveaux cours, portant sur le diamant. Seule pierre à bénéficier d’un cours dédié, c’est son caractère exceptionnel qui a encouragé l’équipe pédagogique à la célébrer via : « La Fascination du Diamant, la Poursuite » et « La Fascination du Diamant, la Recherche ». Des mines aux diamants mythiques, en passant par la cristallisation et les liaisons covalentes, la « pierre des pierres », si spéciale, si unique, est dévoilée aux amateurs.

Rendez-vous

www.lecolevancleefarpels.com
Adresse : 22, place Vendôme, 75001 Paris. Entrée par le 31, rue Danielle Casanova.
Téléphone : + 33 (0)1 70 70 36 00.
Mail : contact@lecolevancleefarpels.com.

Pratique

L’École Van Cleef & Arpels est ouverte au public. Les sessions de cours ont lieu deux fois par mois, sur une quinzaine de jours. Chaque élève peut choisir ses modules de 4h à la carte. Les cours coûtent entre 300 et 600€. Deux professeurs officient dans chacun d’eux.
L’école bénéficie du statut d’organisme agréé de formation continue et peut donc, en France, s’inscrire dans le cadre d’un DIF.

À noter : des sessions sont prévues pour les entreprises dans le cadre de leurs pratiques RH.
L’école s’exporte également. En juillet 2013, 10 cours et leurs professeurs ont fait le voyage jusqu’au Japon, pour y accueillir et former, pendant 15 jours, plus de 660 élèves ! Un voyage à Hong Kong est d’ailleurs en préparation…

etain-papillon-VCA

biblio-VCA-LEcole

histoire-art-VCA

Haut de page